Actualités

par Christophe LAMBLIN

MADE IN FRANCE Delecroix Harvesting : « La French tech c’est aussi ici, dans le Nord ! »

Par Christophe LAMBLIN le 11/06/2019 Actualités

MADE IN FRANCEDelecroix Harvesting : « La French tech c’est aussi ici, dans le Nord ! »

La PME Delecroix Harvesting, installée à Blaringhem dans le Nord est le spécialiste de la remorque récolteuse pour tout type de production industrielle. Jean-François Toubeaux, le gérant, est fier de présenter son entreprise qui fabrique et distribue des machines en France et vise maintenant l’international. Il envisage de doubler sa production d’ici l’an prochain.

Jean-François Toubeaux, gérant de Delecroix Harvesting, un leader technologique de la remorque récolteuse

Jean-François Toubeaux, gérant de Delecroix Harvesting, un leader technologique de la remorque récolteuse (©Delecroix)

Terre-net (TN) : Pouvez-vous me présenter l’entreprise Delecroix Harvesting ?

Jean-François Toubeaux (J.-F.T.) : « Delecroix Harvesting propose une gamme de machines solutions de récoltes pour fruits et légumes. Ce sont des remorques légumières, des tapis convoyeurs de récolte, des pareuses fixes et mobiles. Mais l’entreprise, ce sont aussi des hommes d’expériences. Ils sont issus du monde agricole et comprennent donc très bien les attentes de nos clients producteurs de fruits et de légumes. »

TN : Quelles sont les attentes de vos clients et de leurs coopératives ?  

J.-F.T. : « Ce que nos clients recherchent, c’est la diminution de la pénibilité des opérateurs récoltants, un gain de temps lors de la récolte, une diminution des chocs sur les produits récoltés ainsi que des machines adaptées pour les cultures conventionnelles et bio. Nous sommes conscients des exigences élevées des producteurs, des coopératives et des consommateurs. »  

TN : Quels sont les produits phares conçus et fabriqués en France ?

J.-F.T. : « Notre produit phare est unique ! Il s’agit de la pareuse de choux-fleurs et de brocolis. C’est une machine conçue sur mesure dotée de 4 têtes de parages de choux-fleurs. Cela permet de tout faire en une seule fois en plein champ. Au lieu de couper et récolter puis d’étrogner manuellement chaque chou, la machine coupe, récolte et produit directement des fleurettes de choux et de brocolis prêtes à consommer sans retraitement dans les industries agro-alimentaires. Un gain de temps et de qualité de récolte pour un produit unique au monde et conçu dans nos ateliers du Nord. »

Pour lancer la vidéo cliquez sur l’image

TN : Quels sont les principaux types de clients pour ces machines ?

J.-F.T. : « Nos principaux clients sont des groupes agroalimentaires comme Bonduelle, Ardo, d’Aucy, Triskalia… Les machines sont ensuite mises à disposition dans les exploitations partenaires et utilisées par les exploitants. Pour nous professionnaliser, nous nous sommes associés, il y a quelque temps avec Christophe Lamblin qui est notre directeur commercial associé dont la mission consiste à s’occuper de nos clients et concessionnaires. »

TN : Quels sont les avantages à produire en France pour Delecroix ?

J.-F.T. : « 70 % de notre chiffre d’affaires est réalisé en France principalement dans le Nord, la Normandie et la Bretagne. Ce sont les premières régions productrices de légumes tels que les choux fleurs, les brocolis, les courgettes, les salades, les artichauts, les concombres. La « French tech » est aussi ici dans le nord de la France ! C’est rassurant pour nos clients producteurs. On se comprend, on est proches et on reste dans la durée à leur service. Nous ne vendons pas seulement un matériel mais une solution durable et rentable. »

TN : Quelles sont les principales difficultés rencontrées pour produire en France ?

J.-F.T. : « Produire en France n’est pas une difficulté. Dans le Nord, nous sommes dans des terres d’entrepreneurs. Nous avons la taille d’une PME, c’est un avantage car nous sommes agiles et réactifs. Ce qui est délicat, c’est de bien conduire les hommes et de conduire des changements et du développement.

La difficulté, c’est finalement l’administration de l’entreprise. Il faut tout gérer tout en garantissant la fabrication et la commercialisation. C’est le propre des entrepreneurs.

Le prochain challenge est pour début 2020 : nous allons déménager dans la nouvelle zone industrielle de Bailleul à 30 minutes au nord de Lille. L’objectif est de doubler la capacité de production dans un bâtiment plus spacieux. Les postes de travail seront plus sécurisés et dotés de ponts roulants pour augmenter aussi la productivité. Nous aurons aussi une nouvelle salle de peinture avec captations et filtrations des déchets industriels. Delecroix investit durablement pour ses compagnons techniciens et pour ses clients producteurs de légumes et de fruits. »

L'une des remorques de Delecroix Harvesting au travail

L’une des remorques de Delecroix Harvesting au travail. (©Delecroix)

TN : Quels pays ciblez-vous pour l’exportation ?

J.-F.T. : « Le marché est en principal « primo-accédant » : le marché est donc très vaste. Nous sommes donc tournés principalement vers nos voisins immédiats : l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Suisse, l’Italie. Depuis quelques années, avec notre partenaire néerlandais, nous exportons vers l’Israël, les USA, la Grande-Bretagne. Nous visons aussi de nouvelles régions du monde, nous serons d’ailleurs bientôt au Maroc et Algérie. »

TN : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

J.-F.T. : « Oui, une chose essentielle : la valeur de notre métier. Quelle satisfaction de savoir que nous soulageons les opérateurs qui récoltent dans de meilleures conditions. D’ailleurs, nos matériels sont subventionnés par la MSA car ils permettent de limiter les TMS (troubles musculo-squelettiques) et surtout de fidéliser les intérimaires. Cela donne beaucoup de sens à notre travail et nous motive à apporter toujours des solutions de récolte innovantes… »

L'équipe des compagnons de Delecroix Harvesting  à Blaringhem dans le Nord (59)

L’équipe des compagnons de Delecroix Harvesting à Blaringhem dans le Nord (59). (©Delecroix)

 
Delecroix